LA LETRA OCCITANISTA

MARSEILLE 17 OCTOBRE 2015

Regions et Peuples Solidaires

Partit Occitan

Réseaux sociaux

Editoriau / Editorial

sam.

15

avril

2023

LO CEBIER n°236- Març 2023- Retiradas - Dau som de la piramida, lo vuege de l'abis

03 / 04 / 2023

  

Lo poderós moviment sociau que s’enfortisse a l’entorn de la reforma dei retiradas es sensa ges de dobte lo mai portaire de remessa en causa dei politicas estatalas despuei Mai 68.

 

Lo rapòrt de fòrça que s’es entraïnat despuei genier es a mand de passar la soleta question dei retiradas, a la semblança dei Gilets jaunes que s’èran  endralhats a la debuta còntra la auça de l’esséncia.

 

Cavaucant sa crosada capitalista, lo macronisme a tròp presumit d’eu, maugrat una estrategia de braç de fèrre per un « dorsier » que vòu clavar avans la fin de son segond quinquenat.

 

Seis agenolhaments davant lei constrenchas de la Comission europenca dins lo domèni sociau mèton de relèu sa feblesa e son emborniament politics. Sensa comptar que s’es enganat de periòde fàcia au contèxte internacionau, a la guèrra en Ucrània e a una logica de conflicte totau que pòu degenerar en Tresena guèrra mondiala.

 

Aprofiechant d’aquest contèxte guerrier e de l’atencion demandada per lo moviment sociau dei retiradas, enrega amb un projèct de lei de programacion militària mentre que la precedenta es mai valida fins qu’a 2025.

 

Macron anoncia una envelopa de 413 miliards d’euros per l’armada dins lei sèt annadas venentas ! « Estrategia dau tuert » (sic) que la consequéncia es de rendre inapercebuda la manòbra e permete a B. Le Maire d’afiermar que la reforma equilibrarà lo budget dei retiradas en 2030…

 

Dins lo borrolatge referenciau, la potinga amara passarà… e mai en seguida lo silenci sus d’autrei sectors sociaus : politicas dau lotjament, deis espitaus, de l’escòla e de l’universitat, dei transpòrts de proximitat, de la transicion energetica… Mai d’unei latz, refortiment de la filiera nucleària !

 

Coma ne’n sortir quand tot se tuèrt au refús democratic d’una majoritat elegida ambe mens de 28% dei sufragis a la presidenciala dins un contèxte constitucionau plombat ?

 

Quand lo nombre dei retiradas a 1200 euros es faus, sensa  recórrer ai tecnòs de Bercy ? Quand lo non ! de Matignon de recebre lei sindicats es que feblesa fòrça politica ? Quand E. Borne, bofonarèla, mandant en latz vèrs O. Dussopt son collèga dau trabalh qu’es au nis de la sèrp, dirà que « la pòrta es totjorn duberta ».  

 

Quand, enfin, lei proceduras de vòte blocat (art. 44-3) e lei flatariás de la drecha (mens de 5%) cridan secors a bèus uelhs vesents ?  Manifestacions de feblesa dei grandas que la tòca es de rebutar de 62 a 64 ans la partença a la retirada, mantenir l’inegalitat de situacion per la frema au trabalh, perlongar lo trabalh dei seniors ai despens de la creacion d’emplecs joves…

 

E après ?

 

« La revirada de la democracia sociala a capitat » dirà lo quotidan moderat Le Monde a prepaus d’aquela   situacion de blocatge e de sortida de crisi sens eissida rarament egalada. Toteis aquelei manobretas de rèire-gàrdia dau governament aumentan lo deficit de còntraròtle democratic.

 

Lei medias ais òrdres de quauquei capcans auràn d’òbra a minimisar un moviment sociau qu’a mai activat, encara plus après l’operacion prevesibla dau 49-3. Mai la realitat sociala indefugibla e lo rapòrt de fòrça qu’a desvelopat non empacharàn de pausar la question : « E après ? ». 

 

L’espirala dau vuege e dau mesprès capita pas totjorn fàcia a la logica presidencialista e sa constitucion en fin de corsa. De seguir…

 

Gerard TAUTIL

Març 2023

 

 

Retraites - DU SOMMET DE LA PYRAMIDE, UN VIDE ABYSSAL

 

Le puissant mouvement social qui se développe autour de la réforme des retraites est sans aucun doute le mouvement le plus porteur de remise en question des politiques étatiques depuis Mai 68.  

 

Le rapport de force qui s’est développé depuis janvier va bien au-delà de la réforme des retraites, à l’image des Gilets jaunes qui s’étaient mobilisés au début contre la hausse de l’essence.  

 

Enfourchant sa croisade capitaliste, le macronisme a présumé de ses forces en adoptant une stratégie du bras de fer sur un « dossier » qu’il veut boucler avant la fin de son deuxième quinquennat.

 

Ses génuflexions face aux contraintes néolibérales de la Commission européenne dans le domaine social, mettent en évidence son aveuglement et sa faiblesse politiques.

 

Sans compter qu’il s’est trompé de période face au contexte international, à la guerre en Ukraine et à une logique de conflit global qui peut dégénérer en troisième guerre mondiale.

 

Profitant de ce contexte guerrier et de l’attention que demande le mouvement social des retraites, il enchaîne sur un projet de loi de programmation militaire alors que la précédente est toujours valide jusqu’en 2025.

 

Macron annonce une enveloppe de 413 milliards d’euros pour l’armée dans les 7 années à venir ! « Stratégie du choc » (sic) ayant pour conséquence de rendre inaperçue la manoeuvre et qui permet à B.

 

Le Maire d’affirmer que cette réforme permettra l’équilibre du budget retraites en 2030… Dans ce brouillage référentiel, la potion amère passera, avec pour conséquences le silence sur  d’autres secteurs sociaux : politiques du logement, des hôpitaux, de l’école et de l’université, des transports de proximité, de la transition énergétique… Mais, à certains égards, renforcement de la filière nucléaire ! 

 

Comment s’en sortir quand tout se heurte au refus démocratique d’une majorité élue avec moins de 25% des suffrages à la présidentielle dans un contexte institutionnel plombé ?

 

Quand le nombre des retraites minimales à 1200 euros est faux sans avoir recours aux technos de Bercy ? Quand le non ! de Matignon de recevoir les syndicats exprime une faiblesse très politique ? Quand E. Borne, facétieuse, bottant en touche vers son collègue du travail aux abois, O. Dussopt, dira que « la porte est toujours ouverte » !  

 

Quand, enfin, les procédures sénatoriales (art. 44-3) et les flatteries en direction de la droite (moins de 5%) sont manifestement un appel au secours déguisé ? Remarquables manifestations de faiblesse dont le but est de repousser de 62 à 64 ans le départ à la retraite, maintenir dans l’inégalité la situation de la femme au travail, prolonger le travail des seniors aux dépens de la création d’emplois jeunes…

 

Et après ?

 

« L’échec de la démocratie sociale est acté » dira le quotidien modéré Le Monde à propos de cette situation de blocage et de sortie de crise sans issue rarement égalée. Toutes ces petites manœuvres d’arrière-garde du gouvernement augmentent le déficit de contrôle démocratique.

 

Et les médias aux ordres de quelques magnats auront bien du mal à minimiser un mouvement social qu’il a réactivé, encore plus après l’opération prévisible du 49-3. Mais la réalité sociale incontournable et le rapport de force qu’il a développé n’empêcheront pas de reposer la question : « Et après ? ».

 

La spirale du vide et du mépris a toujours ses limites face à la logique présidentialiste et à sa constitution à bout de course. A suivre…"

 

Gerard TAUTIL

Mars 2023

D'aicí e de'n pertot

sam.

22

avril

2023

LO BILHET d’Andrieu ABBE. De la lenga

"Carnava montat sus l'aï", que "marca mau" (marque mal)

 

Des Roquebrunois, nés à partir des années 20 qui ont renoncé à parler provençal, ont continué à utiliser des dizaines de mots de la langue, dans tous les domaines, en particulier à propos de l'apparence physique qui souvent n'ont pas d'équivalent en français.

 

Le Marcamau est celui qui a une apparence peu engageante.

 

L'espalut a la tête dans les épaules

 

L'esquichat (esquiché) est plus que frêle, l'espotit (espouti) est plus que déglingué

 

On dit toujours piga (pigue) pour la tache de rousseur, le guierch est toujours celui qui louche. Je ne sais pas si loucheur existe en français. 

 

Avoir l'estuchet, c'est être angoissé (l'estuchet était un petit sachet de toile que les femmes portaient sur la poitrine sous les vêtements).

 

Avoir l'estomagada (estoumagade), c'est subir une contrariété due à un événement surprise.

 

Des expressions que ma mère employait parfois ont disparu : le "Carnava montat sus l'aï" (Carnaval monté sur l'âne) * était l'homme se tenant dans une posture ridicule.

 

Le "comís de moart subita" s'endimanchait sans réussir à être élégant.

 

Le "mostardier dau papa" (pape) se prenait trop au sérieux, Le "comís dau pebre" faisait avec application un travail sans intérêt ou inutile qu'il croyait important.

 

•Le soir du Mardi Gras, on promenait l'épouvantail du carnaval à travers le village monté sur un âne avant de le brûler.

Politica / Politique

sam.

03

juin

2023

LA QUESTION « REGIONALE » NE FAIT TOUJOURS PAS RECETTE

Par Gérard TAUTIL, professeur honoraire de philosophe et auteur [1]

 

De récentes publications et articles de presse reviennent sur la « question régionale » (La France en miettes. Régionalismes, l’autre séparatisme de Benjamin Morel. Edit. Cerf ; article du Monde, 6-8 Mai 2023, de Benoît Floc’ h). Si la question n’est pas nouvelle, les réponses de cet essai tardif ne le sont pas davantage. Elles méritent une mise en perspective.

 

Ce premier essai de B. Morel, jeune constitutionnaliste (chevènementiste) de la faculté de droit d’Assas, fait litière de la question territoriale avec les raccourcis d’usage. Il est bien dans la tradition d’une droite conservatrice sur cette question rémanente depuis la réforme G. Defferre (1981), (le ver est dans le fruit) et les découpages technocratiques régionaux de F. Hollande (2016).

 

Car il y a un suivi idéologique têtu entre les analyses souverainistes de J-P. Chevènement aboutissant au célèbre épisode des « paillotes » en Corse (et au soutien à E. Macron aujourd’hui) et L. Jospin aux prises avec les contradictions dans l’exercice du pouvoir d’Etat. Celui-ci fit long feu avec le traitement de la « reconnaissance du peuple corse » dans le cadre de la cohabitation avec J. Chirac (2002).

 

Pour B. Morel, ce thème est aujourd’hui relayé par un G. Darmanin confronté à une majorité corse élue favorable à l’autonomie, sous la pression du lobbying des « ethnorégionalistes ». Ce pamphlet, n’échappe pas à l’emploi répété de ce terme (comptez les pages où ce concept idéologique n’est pas repris), amalgamant revendication linguistique, préambule de l’idée autonomiste et propédeutique à l’indépendantisme :  bref, « un rapport hypothéticodéductif au réel (sic) !

 

C’est ce schéma mécaniste qui irrigue l’analyse, illustrée par les cas similaires en Europe et dans l’hexagone. Car l’essentialisme des revendications « régionalistes » articule toute pensée ethno-régionaliste : l’équation entre les positionnements nationalistes de droite de Maurras (qui s’échoue dans le nationalisme de l’Action française) et la pensée contemporaine de gauche comme celle de Robert Lafont (inconnue de l’auteur) ne change rien à l’affaire [1b, document 2], l’idéologie régionaliste ne peut que renforcer le rôle des Idiots utiles de l’ethnorégionalisme. (sic)

 

Parallèle à cette idéologie éditoriale, dans le droit fil de la séquence politique, le silence du ministre de l’Intérieur, empêtré dans la question des retraites et son traitement répressif, est bien le résultat d’une situation inédite. L’actualité reste clivante : l’exécutif de l’Assemblée de Corse attend des réponses concrètes aux questions posées sur un statut d’autonomie adapté à cette collectivité territoriale.

 

On attend toujours ses « propositions » au lieu du botté en touche, cette vieille pratique politicienne. Démonstration est faite que la question territoriale qui peut et doit s’inscrire dans une réponse globale de démocratisation n’est en aucun cas une question politique subsidiaire, elle reste fidèle à une « centralité d’histoire » à la française. Mais, sans doute, G. Darmanin s’est fait lui aussi piéger…

 

Abrégés d’histoire

 

De la décentralisation/déconcentration, caricature d’une régionalisation démocratique (aux compétences partagées -mais non régaliennes- et aux budgets assumés au même niveau que celui des régions européennes), la réaction de la classe politique ne peut trancher le nœud gordien d’une longue tradition qu’elle reproduit.

 

L’exécutif refuse tout débat démocratique sur une constitution qui ne fait parler d’elle que pour ses obstacles répétés au changement. Le rappel historique de la fête de la Fédération qui pose déjà la question des différences culturelles et territoriales après le centralisme de l’Ancien Régime, est absent de tout agenda novateur.

 

Quant au « pacte girondin » dont se réclame E. Macron – le girondisme à l’origine se préoccupe surtout de sa seule représentation départementale -, il vient renforcer le courant néolibéral adoubé d’un « ni gauche ni droite ». Il est vrai que cette Ve République dont les constitutionnalistes sérieux soulignent la diarchie entre la logique présidentialiste et l’exercice parlementaire, son mode d’élection, sont à l’origine des blocages politiques actuels, du refus de toute démocratisation.

 

En corollaire, une certaine opposition de gauche qui souhaite une VIe République se garde bien d’avancer quelques principes constitutionnels novateurs, se retranchant derrière une hypothétique Constituante. Il est vrai que le fédéralisme ne fait pas partie de la boite à concepts de cette gauche souverainiste.  

 

Rappelons le jeu gaulliste, à l’origine coincé entre une constitution aux effets autoritaires (art.16) et les tactiques conjoncturelles (référendum d’avril 1969 sur la réforme des régions et du Sénat auquel De Gaulle se serait opposé selon B. Morel). Leurs effets n’ont en rien permis de déverrouiller fondamentalement le jeu constitutionnel depuis 1958.

 

Nous sommes toujours dans cette logique du « préjugé stato-national » qui rend aveugle et sourde la classe politique dans sa majorité. Aveugle face à une construction différente d’une UE marchande et interétatique. Sourde aux revendications des langues historiques de France. Mais consensuelle sur la logique de métropolisation et les nouvelles concentrations territoriales renforcées qu’exige la mondialisation.

 

L’essentialisme de l’Etat national 

 

Il est symptomatique que les souverainistes de droite et de gauche se retrouvent sur ces deux chantiers. Les uns, dans une vision idéologique psittaciste (J-P Chevènement, B. Retailleau, E. Valls…), les autres dans un souverainisme plus constitutionnaliste, un brin « différencié », serait-on tenté de dire (F. Hollande, E. Macron…).  

 

Le constitutionaliste B. Morel s’inscrit plutôt dans une logique conservatrice réactive, surtout si l’intégration par la loi (fév. 2022) permet d’adapter la décentralisation selon les spécificités territoriales. Pour lui, les autonomies, tant dans le cadre européen qu’hexagonal, ne sont que le marchepied de la revendication d’indépendance ; car tout traitement territorial différencié « crée un risque d’injustice, d’éclatement. »  

 

Pourtant, il prend le risque de reconnaître que les territoires ultramarins sont l’exception en cas de « rupture géographique ». Belle formulation technocratique qui refuse de les considérer comme des prolongements de la période coloniale, « TOM-DOM », prolongements de la « métropole » … Ce qui n’empêche pas B. Morel d’affirmer que la solution de l’autonomie reste la réponse la moins pire, au secours d’un statu quo difficile, face à la poussée indépendantiste (Kanaky, Polynésie, mais aussi, à des degrés divers, Guadeloupe, Guyane, Martinique, Mayotte).

 

Ce contorsionnisme juridico-politique est à la mesure des recettes innovantes de notre constitutionnaliste en réponse aux situations anticoloniales réaffirmées. D’un côté, l’autonomie au secours de l’Etat, de l’autre, la diabolisation de toute forme de fédéralisme dans le cadre hexagonal. Cohérence ? Le principe anhypothétique de ce raisonnement est qu’on ne peut déconstruire l’histoire de l’Etat-Nation de type XIXe siècle, c.q.f.d.

 

Si Benoît Floc’h dans Le Monde revient sur la collectivité alsacienne, déclassée en « Grand Est » indifférencié après 57 ans d’existence, quel est l’intérêt « stratégique » de ce retour en arrière ? Autre exemple : J-L Mélenchon, interrogé dans ce quotidien, donne libre cours à un exercice anhistorique en repensant les découpages régionaux à partir des bassins hydrographiques.

 

Notre néo-géographe ignore-t-il son histoire et l’existence de plus de 800 « pays » qui s’ébauchent dès le Néolithique ? [1] Si la formation du territoire national est quelque chose de sensible qui touche à la vie des gens, les raccourcis d’histoire sont-ils la solution ? Cherchez l’erreur.

 

Langues-cultures « régionales », toujours à la peine

 

Ce n’est pas tout. Sur les questions culturelles et linguistiques, les partisans du centralisme se retrouvent dans une posture défensive, distinguant deux niveaux : celui d’un « statut de tolérance » pour l’enseignement et celui du refus de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

 

-Pour le premier, cet enseignement doit s’exercer.

 

Mais la droite se retranche derrière la réforme des collèges et des lycées de J-L Blanquer qui est un modèle d’exclusion de cet enseignement : élimination des LV2 et LV3, disparition au Baccalauréat des points optionnels qu’elles permettaient. Ce lessivage des langues régionales affaiblit la continuité collège/lycée, à l’image du Var qui se retrouve avec un lycée regroupant 13 élèves de langue occitane-provençal (Commission académique de Nice, déc. 2020).

 

L’attractivité de la matière, qui dépend aussi du travail très variable des chefs d’établissement, est confrontée au nombre décroissant de postes depuis 30 ans, à la mise en compétition avec les autres langues vivantes et anciennes, aux horaires périphériques d’une journée chargée.

 

La loi Molac (mai 2021) permet une relative avancée mais se heurte toujours au refus de tout enseignement immersif (celui des écoles associatives qui réclament une intégration à l’enseignement public et pratiquent un enseignement bilingue) et oblige les communes à participer à leur financement. B. Morel dénonce leur statut privé… Les blocages de la classe politique, son opposition farouche au bilinguisme (admis pour l’anglais) reposent toujours sur l’article 2 de la constitution.  

 

-Pour le deuxième, la Charte européenne permet cet enseignement en laissant aux Etats l’application souhaitée.

 

Signée mais non ratifiée par la France, elle a rencontré l’opposition traditionnelle du Conseil constitutionnel qui avec ses opposants y voient une idéologie ethniste, raciste, pour le moins un privilège accordé à des communautés. Bis repetita, B. Morel, reprenant l’argument, reproche à l’Europe son libéralisme (traité de Lisbonne, fonds FEDER…), y voit le cheval de Troie de la subsidiarité et le « fruit de l’imagination destructrice de nos élites tricolores ».

 

Ce qui permet à l’ethnorégionalisme de fragiliser la stabilité des Etats (Catalogne cité en exemple, SNP rendu responsable du Brexit !). Bien plus, B. Morel enrage de voir l’ethnorégionalisme de gauche  remplacer l’ethnorégionalisme de droite : la Fédération Régions et Peuples Solidaires en est la Rolls-Royce (sic) qui fédère la majorité des partis régionalistes/autonomistes.

 

Il y a une grande malhonnêteté chez notre universitaire à ne citer que les représentants de droite d’anciennes organisations (la Bretagne, la Corse, le Pays Basque, l’Alsace sont les cibles privilégiées de ses références datées). Le « recyclage nationaliste » serait passé de droite à gauche (fédéralisme, autogestion, écologie), question de mode face à « l’opportunisme des grands partis » …Ce qui ne changerait rien au paradigme.

 

Avant d’en arriver à « l’explosion de l’unité du pays » et à cette « France en miettes » qu’il annonce, souhaitons à B. Morel de sortir de l’analyse constitutionnelle souverainiste et de laisser toute sa chance aux régions qui militent pour une véritable démocratisation du système territorial français dans son ensemble ; de considérer l’espace France à l’aune du poids des régions telles qu’elles pourraient exister dans un autre cadre européen les prenant véritablement en compte.

 

Appelons-le « fédéral » ou autrement. Souhaitons-lui, enfin, de dépasser cette appréciation conclusive qui fait encore et toujours de l’Etat actuel et de la nation un concept fourre-tout, indifférencié et sans référence aux intérêts de classe de ceux qui les représentent. Ce serait peut-être un autre moyen de repenser la « décentralisation » franco-française et de contrer l’apocalypse annoncée. 

 

Pour échapper au roman national dont nous avons lu cette dernière version, la remontée des potentiels démocratiques reste à inventer."

 

 

Dernières publications sur la question : 

 

[1] Le roman national français au défi de l’extrême droite. L’Harmattan, 2016 

[1a] CONTRATÈMPS. Letras sus l’Occitania e l’occitanisme (IEO edicions, nov. 2022). Version occitane,

[1b] CONTRETEMPS. Lettres sur l’Occitanie et l’occitanisme. Presse fédéraliste, juin 2023). Version française.

Istòria / Histoire

mer.

03

août

2022

LA REVANCHE DE MURET

Giovanni da Procida et les Vêpres Siciliennes

 

Salle/Amphithéâtre/Théâtre de la Manufacture,

Cité du Livre, Le samedi 17 septembre à 20 heures.

 

Pour son retour à Aix-en-Provence après six ans d’absence, Crozada d’Uei pousse sa prospection de la ‘Croisade des Albigeois’ jusqu’à en franchir les frontières temporelles, géographiques et linguistiques, non tant pour rêver encore à un quelconque ‘Arc Latin’, mais pour tirer le fil rouge-et-or qui relie la diaspora des Troubadours à la revanche de la bataille de Muret (côté catalan) et (côté sicilien) à la renaissance de la littérature tout court.

 

Pour cela nous tresserons deux récits, l’un médiéval débouchant sur les terribles ‘Vêpres Siciliennes’, l’autre moderne et ô combien actuel, qui relate une enquête, menée par une jeune journaliste en compagnie d’un maître récemment décédé du roman d’espionnage, débouchant sur une fin non moins dramatique. 

 

Le tout associera cette fois-ci le récitatif et le jeu théâtral de six comédien-nes aux mises en musique de deux chanteurs, l’un spécialiste reconnu du répertoire des Troubadours, l’autre grand interprète du répertoire sud-italien et sicilien, rejoints par une cantatrice de l’île spécialiste de la chanson traditionnelle sicilienne.

 

L'épopée du rayonnement européen de la culture et de la langue des Troubadours d'Oc, comme celle de la civilisation précoce qu'ils (et elles) ont portée, n'est pas éteinte avec les ravages de la Croisade des Albigeois (2009-2029), ni avec le travail de démantèlement de toute une société systématiquement entrepris par l'inquisition (1233-1339).

 

Pour le savoir et même pour l'éprouver au plus intime, il faut regarder au-delà des frontières actuelles, vers une Europe du Sud dissidente et résistante du XIIIe siècle, qui aspire déjà à une culture sécularisée, non-cléricale. Ainsi, l'art, la culture et la langue des Troubadours ont survécu à l'état de diaspora tout d'abord, chez nos voisins les catalans, mais aussi en Sicile.

 

Dans cette cinquième partie du spectacle sériel CROZADA D'UEI, l’équipe de l’Entrebescar s'attache, en utilisant toujours davantage les techniques de l'entremêlement - musiques actuelles  et modernes, européennes et extra-européennes, jeux de langues, rire et drame, mélange des genres, démultiplication des temps et des lieux - pour mettre en lumière ce lien de filiation directe et trop souvent ignoré entre le trobar d'Oc, et la naissante Scuola Siciliana - cercle de poètes hors pair réunis autour du grand Frédéric II de Sicile et ses fils.

 

On tiendra ainsi à mettre à jour devant un public général les formes communes et les contenus partagés impossibles à méconnaître de ce transfert culturel, linguistique et culturel massif qui va, en passant par la Toscane, jeter les bases de la 'langue de Si', c’est-à-dire de la langue et de la littérature de l'Italie moderne.

 

Nous comptons parvenir à faire cela en entremêlant aussi les langues - occitan, catalan, italien, sicilien, français - et leurs productions poétiques étroitement apparentées à cette époque (grands troubadours d'Oc du XIII siècle, poètes Siciliens contemporains, y compris quelques échos du Dolce Stil Novo et de Dante lui-même). 

 

Nous tenterons de rendre ainsi vivant et accessible ce fil transfrontalier rouge et or, patrimoine littéraire, musical et culturel trop souvent resté irrévélé ou maintenu sous le boisseau (car échappant au quadrillage des ‘modernes’ états), en ‘l’entrebesquant’ encore une fois avec un deuxième fil plus popularisant: le récit rocambolesque et tragique d'un manuscrit perdu - celui de ce très peu connu, mais pourtant plus que jamais essentiel 'Ribellimentu di Schicilia' de l’Anonyme de Sicile, qui raconte l'épopée (laquelle ressemble beaucoup au niveau narratif à l'un de nos modernes romans d'espionnage) d'un des derniers avatars de cette culture occitano-catalano-sicilienne, ce Giovanni da Procida dont la haute et sombre figure met en pleine lumière ce en quoi les Vêpres Siciliennes ont en fait pu représenter rien de moins qu’une revenja, une revanche, celle de la bataille de Muret, seulement 69 années plus tard - ce qu'aucun(e) passionné (e) de l'histoire et de la littérature d'Oc ne devrait plus ignorer.

 

Et, comme à l’accoutumé, nous nous attacherons aussi à mettre en lumière 'l'extrême contemporanéité' de ces événements, dont nous espérerons démontrer que nul ne pourra plus ignorer non plus leur indéniable actualité. Ce spectacle se veut donc à son niveau une contribution à l'histoire vivante et à la reconnaissance sensible de la centralité de la langue et de la littérature d'Oc dans l’histoire européenne, toujours en mouvement. 

 

Mise en Scène : Oliviero Vendraminetto

Direction artistique, texte : Patrick Hutchinson

Théâtre : Cyril Amiot, Tamara Incekara, Sabine Lelandais , Gregory Nardella, Jean-Michel Hernandez, Oliviero Vendraminetto

Musique : Maurice Moncozet (composition, chant, instruments), Arrone Dell’Oro (composition, chant), Maura Guerrera (Chant, percussions)

Costumes : Myrtille Buttner

Vidéo : Noa Fos de Rau, Eric Bremaud

Régie : Albert Pierrat

Cartabèu/Bloc-notes

sam.

03

juin

2023

Pique-Nique de OUI la Provence 11 juin - ST-Canadet (13)

Bonjour à toutes, bonjour à tous,

 

Après cette campagne pour les régionales en 2021 qui nous a réunis, de nombreux événements ont eu lieu, des élections, des débats et des luttes nouvelles. 

 

En ce printemps 2023, nous vous proposons de nous retrouver pour un pique-nique convivial le dimanche 11 juin à Aix-en-Provence.

 

L'accès sera balisé depuis la sortie d'autoroute avec un drapeau à l'entrée du chemin. Un barbecue est à disposition sur place, chacun et chacune amènent à manger et à boire, avec un petit plus à partager ! 

 

Ce sera l'occasion de nous retrouver, de discuter et d'envisager la suite de Oui la Provence!

 

Merci de nous confirmer votre participation par mail à gagochidaineclaire@gmail.com.

 

Nous espérons vous y voir nombreuses et nombreux!

 

A très bientôt,

 

Les équipes Oui la Provence

Societat / Société

sam.

25

févr.

2023

RECOURS EN JUSTICE STOP LGV / LNPCA. Communiqué de presse

Le Collectif stop LGV Sud Sainte-Baume a déposé un recours au tribunal administratif de Marseille contre la Déclaration d’Utilité Publique des phases 1 et 2 du projet de ligne nouvelle, aux côtés de la confédération paysanne du Var,  de Régions & Peuples Solidaires, des Vins de Bandol, de l’ADPLG (La Garde 83000), de Resol21 (Aubagne) appuyé par nos associations adhérentes et de nombreux habitants de la Région, car ce projet est inutile et ruineux pour les dépenses publiques et pour l’environnement.

 

Les prises de position tardives qui s’opposent aux nouvelles taxes de financement sont l’arbre qui cache la forêt car ces taxes sont destinées à financer les 20 % que l’Europe ne devrait pas financer contrairement aux attentes des grands artisans de ce projet : État, Région, métropoles et départements.

 

C’est le financement global de ce projet que nous dénonçons :3.5 milliards pour les seules premières phases d’un projet global toujours estimé à plus de 25 milliards avec des risques de dérapages très élevés en criticité et probabilité !

 

Nous nous battons contre ce projet néfaste pour l’environnement puisque selon l’avis même de l’autorité environnementale, ces deux premières phases ne seront jamais neutres en carbone et vont donc participer au réchauffement climatique, sans parler des milliers de tonnes de déblais qui vont dévaster les écosystèmes.

 

Commencer ce projet global par sa première phase, la déconnecter temporairement de la suite est une supercherie.

 

Nous nous battons aussi contre la spéculation et la flambée des prix des terres agricoles et des habitations que ce genre de projet induit afin que les futures générations puissent vivre et travailler au pays.

 

L’urgence climatique ordonne de stopper ce grand projet.

 

Nous appelons les associations et particuliers à nous rejoindre afin d’être encore plus nombreux pour les futurs rendez-vous et notamment devant le tribunal administratif.

 

Association : Collectif Stop LGV Sud Sainte Baume

Collectif.lgv.ssb@hotmail.com

didier.cade@gmail.com

Président : Didier CADE  tel 06 11 97 29 42

 

Confédération paysanne du var

var@confédérationpaysanne.fr

Porte parole :Sylvain APOSTOLO

 

Association : Les Vins de Bandol

contact@vinsdebandol.com

Président : Cédric GRAVIER

 

Association du plan de La Garde

adplg83@gmail.com

Président : Pigaglio Nicolas . Tel 06 07 13 27 02

 

Association : BIO Consom’acteurs Mer Esterel

bioconsomacteursmeresterel@gmail.com

Président : Jean Luc PIERREE

 

Fédération : « Région & Peuples Solidaires »

contact@federation-rps.org

Président : François ALFONSI

 

L’association : Resol21

tazumed@orange.fr

Président : Claude RÉMUZAT

En revista / En revue

mer.

11

janv.

2023

Soscadissa. "Gerard Tautil a contratèmps". Alan Roch

Gerard Tautil, engatjat dins lo moviment politic occitan dempuèi la fondacion de Volèm Viure Al País, cavilha obriera del Cebier, fa regulièrament lo punt amb sos libres sus la situacion politica generala e los enjòcs pels Occitans e per Occitania. 

 

Aprèp Robert Lafont et l'occitanisme politique (Fédérop, 2011), Psicòsi au Palais (IEO - Ensages, 2016) e Le roman national français au défi de l'extrême-droite (L ' Harmattan, 2017), ven de publicar, dins la colleccion Ensages de l'IEO, un obratge de 166 paginas : Contratèmps-Letras sus l'Occitania e l'occitanisme. 

 

Insistís sus l'evolucion de las situacions que complexifian l'accion occitana dempuèi que Robèrt Lafont denoncièt lo colonialisme interior : 

  • la lenga qu'es lo ciment de l'occitanitat èra plan presenta dins las annadas 1970 amb d'occitanofònes naturals ; çò qu'es pas mai lo cas a l'ora d'ara. 
  • Euròpa que podiá èsser un esper a cabussat dins una acampada d'Estats quichats entre « una globalizacion economica radicala » e « (lei) tendéncias au replec nacionau », sus fons de logica liberala e de primautat de l'economic sul politc. Los Estats de l'Èst se replegan dins l'autoritarisme e lo populisme. Euròpa a pas de responsa de balhar als Catalans o als Escoceses en quista d'independéncia. 
  • França contunha de jogar suls mots : de tèxtes en tèxtes supausats decentralizaires se cambia pas una pensada e unas causidas d'a fons centralistas. De mai, « lo monde de Macron que segue après d'autrei es lo maridatge d'interès privats e calculs politicians per servar lo poder centrau.» 

L'autor rapèla que la pandemia foguèt precedida de l'afar del sang contaminat, de l'afar Mediatòr, de l'escandal de l'amianta… Lo tot en correlacion amb la desagregacion dels servicis espitalièrs coma d'autres servicis publics. Gerard Tautil prepausa de « n'acabar ambe la benediccion d'un mercat au dessús de tot. » Çò que serà pas aisit vist que lo poder politic es « devengut dependent de fons en cima dau poder financier. » 

 

E lo moviment occitan dins tot aquò ? 

 

Lo moviment patís de : la separacion bèla entre accion culturala e accion politica ; los descopatges administratius, amb la darrièra avania : la creacion de la Region « Occitania »; lo temps de las mobilizacions bèlas per la lenga es passat ; tròp de divisions ; l'inexisténcia de demonstrança publica de l'occitanitat …  

 

Quand lo moviment se vòl balhar d'ample, coma Gardarem la Tèrra e sa proclamacion altèrmondialista, fa lèu quincanèla. Lo filosòfe s'estona dels prepausses anticentralistas d'Onfray (mas amb una pensada que « duerbe camins que menan enluec ») e l'istorian fa rampèl a las oposicions entre Proudhon e Marx.  

 

Unes desfís son de relevar :  

  • Lo desfís de la lenga-cultura (capitol 5) : « La question linguistica es a la c rosiera dau viure ensems e d'una identitat dubèrta ai questions de la vida vidanta. »
  • Lei desfís de la crisi ecologica ( capitol 6) qu'« impausa ribon ribanha, una redefinicion globala de çò qu'entendèm per uman, natura, cultura, territòri, politica. Fau tornar batre lei cartas. ». 
  • Dins lo capitol 7 (M o v i m e n t s  sociaus e alternativa politica o c c i t a n a), l'autor se fa critic del moviment occitan (e del PÒC) en manca manifèsta d'estrategia cap a de revendicacions socialas, societalas e politicas claras. Plaideja per la naissença d'una APO (Agéncia de Premsa Occitana). Afortís que « Decidir au país es tras que d'actualitat ». 
  • Dins lo capitol 8, considèra que l'Euròpa dels Estats jòga contra la democracia e balha per exemples lo sòrt de las regions d'Euròpa, la repression de la democracia catala na. 
  • Espepissa puèi (capitol, 9), las solucions politicas possiblas : autonomisme, federalisme, nacionalisme. 
  • Pensa (capitol 10) que per Euròpa « l' idèa federala que se desvolopa en nivèus divèrs es ara jugable » e demanda de faire «l'escomessa de l'Euròpa dei pòbles e dei regions ». 

 

Durbir pòrtas e fenèstras Es dins aquel objectiu que l'autor manda la man « a toteis aquelei que vòlon participar a l'elaboracion d'un projècte democratic occitan. L'occitanisme es d'en premier un engatjament per lo país, cadun pòu aduire sa pèira au clapier. » 

 

Per « la renaissença d'un occitanisme culturau e politic dubèrt ai questions d'encuei, comencem de durbir pòrtas e fenèstras de l'ostau Occitania. » 

C o n t r a t è m p s, aquí un libre de bon legir en se pausant un moment per soscar abans de tornar partir d'un bon pè. 

 

Alan Roch 

(Revista Occitania n° 235, Genier de 2023).

   

Réflexion

 

Gérard Tautil à contretemps

 

Gérard Tautil, engagé dans le mouvement occitan depuis la fondation de Volèm Viure Al Pais, cheville ouvrière du Cebier, fait régulièrement le point avec ses livres sur la situation politiue générale et les enjeux pour les occitans et l'Occitanie.

 

Après Robert lafont et l'occitanisme politique (Fédérop, 2011), Psicòsi au Palais (IEO-Ensages, 2016) et le Roman national français au défi de l'extrême droite (l'Harmattan, 2017), il vient de publier dans la collection Ensages de l'IEO, un ouvrage de 166 pages : Contretemps- Lettres sur l'Occitanie et l'occitanisme.

 

Il insiste sur l'évolution des situations qui rendent complexes l'action occitane depuis que Robert Lafont dénonça le colonialisme intérieur:

  • La langue qui est le ciment de l'occitanité était bien présente  dans les années 1970 avec des occitanophones naturels; ce qui n'est plus le cas actuellement.
  • L'Europe qui pouvait être un espoir s'est réduite à un rassemblement d'Etats étroitement dépendants "d'une globalisation économique radicale" et faite "de tendances au repli national", sur fond de logique libérale et de priorité à l'économique sur le politique. Les Etats de l'Est se replient dans l'autoritarisme et le populisme. L'Europe ne donne pas de réponse aux Catatlans ni aux Ecossais en quête d'indépendance.
  • La France continue à jouer sur les mots : textes après textes supposés décentralisateurs, sa pensée ne change pas ni ses choix à fond centralistes.. De plus, "le monde de Macron après d'autres, est le mariage d'interêts privés et de calculs politiciens au service du pouvoir central."

 

L'auteur rappelle que la pandémie fut précédée de l'affaire du sang contaminé, de l'affaire Médiator, du scandale de l'amiante... Le tout en corrélation avec la désagrégation des services hospitaliers et d'autres services publics. Gérard Tautil propose d'en "finir avec la bénédiction d'un marché au-dessus de tout." Ce qui ne sera pas facile étant donné un pouvoir politique "devenu dépendant de fond en comble du pouvoir financier."

 

Et le mouvement occitan dans tout cela?

 

Le mouvement souffre fortement de la séparation de l'action culturelle et  de l'action politique; des découpages administratifs avec la dernière avanie, celle de la création de la Région "Occitanie"; le temps des mobilisations fortes pour la langue est passé; trop de divisions,l'inexistence de démonstration publique de l'occitanité...

 

Quand le mouvement veut s'élargir, à l'image de Gardarem la Tèrra et sa proclamation altermondialiste, il échoue. Le philosophe s'étonne des propos anticentralistes d'Onfray (mais avec une pensée qui "ouvre des chemins sans issue") et l'historien rappelle les oppositions entre Proudhon et Marx.

 

Des défis doivent être relevés:

  • Le défi de la langue-culture (chapitre 5):"la question linguistique est au croisement du vivre ensemble et d'une identité ouverte aux questions de la vie quotidienne".
  • Les défis de la crise écologique (chapitre 6) qui" impose  bon gré mal gré,une redéfinition globale de ce que nous entendons par humain, nature, culture, territoire, politique.Il faut rebattre les cartes".
  • Dans le chapitre 7 (Mouvements sociaux et alternative politique occitane), l'auteur critique le mouvement occitan (et le POC) en manque évidente de stratégie face aux revendications sociales, sociétales et politiques claires.   Il souhaite la création d'une APO (Agence de Presse Occitane). Il insiste sur l'idée de "Décider au pays,  plus que jamais d'actualité".
  • Dans le chapitre 8, il considère que l'Europe des Etats joue contre la démocratie et donne en exemple le sort des régions d'Europe, la répression de la démocratie catalane. 
  • Il analyse ensuite avec précision (chapitre 9) les solutions politiques possibles: autonomisme, fédéralisme,nationalisme.
  • Au chapitre 10, il pense que pour l'Europe "l'idée fédérale, qui se développe en niveaux divers, est jouable" et il demande da "parier sur l'Europe des peuples et des régions".

"Ouvrir portes et fenêtres", c'est dans cet objectif que l'auteur tend la main "à tous ceux qui veulent participer à l'élaboration d'un projet démocratique occitan. L'occitanisme et d'abord un engagement pour le pays, "chacun peut y apporter sa pierre".

 

"Pour la renaissance d'un occitanisme culturel et politique ouvert aux questions d'aujourd'hui, commençons par ouvrir portes et fenêtres de la Maison Occitanie."

 

Contretemps, voici un livre qu'il faut lire en se posant un moment pour réfléchir avant de repartir d'un bon pied.

 

Alan ROCH

 

(Revue Occcitania n°235, janvier 2023)

Sociau / Social

jeu.

28

juil.

2022

E LO SOCIAU DINS TOT AQUÒ ?

28 / 07 / 2022

 

Nòstrei fondamentaus 1 (article pareissut dins lo Cebier n°235, estiu de 2022)

 

E LO SOCIAU DINS TOT AQUÒ ?

 

L’occitanisme politic de progrès s’es totjorn tafurat de la question sociala e de l’economia dei regions e territòris. Lo locau es estat una prioritat coma responsa au globau.  A jamai estat consent per una ideologia s’impausant a aquestei questions e ganhan sus elei, estent la basi d’una liberacion possibla per totei lei pòbles.

 

Escrichs programatics, proposicions alternativas au sistèma siguèron jamai ignorats maugrat la mondializacion impausada per lei tractats europencs. (1) Aquestei questions son soventei còps tapadas per leis imperatius budgetaris neoliberaus qu’an envaït la planèta.

 

Ambe totei lei consequéncias subidas de’n pertot, dins lo sociau, l’environament, la biodiversitat e la santat. Afiermar que lo desvolopament productivista es « duradís » es qu’engana e messorga dei gròssas. Decessarem pas de denonciar aquesta logica d’espolacion planetària dei ressorças naturalas que nèga de lònga lo rescaufament climatic.

 

Lei liberaus contunian d’escondre aquesta evidéncia, fasent acrèire que lo progrès tecnic sauvarà la planèta e l’equilibri dau vivent. L’Estat francés-EDF es la premiera entrepressa de sosten au nuclear.

 

Es ajudat dins lei corredors dau parlament europenc per 27 gropaments de pression, emplegant 119 personas, amb un budget annau de 7,9 millions € en 2021. (2) Pasmens, pòdon pas ignorar que, tre leis annadas 50, aviam basculat de l’olocèna dins l’antropocèna, ambe la resulta que ne’n davala. (3)

 

S’es pas aplantada aquela agarrida, siam ja – amb una opinion publica anestesiada-, dins una temporada de subrevida. Lo tot consumacion a matat l’esperit ciutadan.

 

Se marca la question sociala dins una recèrca dei condicions de vida melhorada, non pòu eludir aquestei condicions generalas. Nimai èstre despartida dei questions d’ecologia, encara mens dei situacions socio-economicas.

 

Es significatiu que sigue l’enjuec dei questions « nacionalas ». Es estat mes en evidéncia dau temps dei jornadas d’estiu de Regions e Pòbles Solidaris de Tolon (setembre de 2021), demieg manteis estrategias politicas presentas.

 

A la question pausada sus la question sociala e lei diferéncias entre leis orientacions deis independentistas escossés e aquelei dau Labour Party, lo représentant dau SNP, Cristian Allard, respondiá solament qu’èran fòrça prochas. Mai se pòu pas ignorar l’omnipreséncia de la logica liberala que pèsa sus tot procediment de liberacion.

 

Aquí, ges de responsa. Aquesta estrategia  es au dintre de tot caminament vèrs l’autodeterminacion ; se retròba en Catalonha entre ERC e JuntsxCat sus la gestion e la desparticion dei riquesas. Se pòu pas escondre que la diferéncia dei responsas es sovent granda sus la question sociala. 

 

En Escòçia coma en Còrsa, per citar lei procès mai avançats, es tanben amb aqueleis enjuecs que se refortirà tota avançada democratica. Es pas l’alargament dei privatizacions que farà progressar lei politicas de liberacion.

 

Dins lo quadre de la globalizacion economica impausada, es necite per tota recerca alternativa de non considerar la question sociala e economica coma segondària. Es a aquesta revendicacion que leis autonomistas coma leis independantistas an de respondre clarament, au risque de tornar metre en plaça lei vièlhei receptas e politicas  centralistas inegalitàrias.

 

De debatre per aquelei que va desiran, mai dins l’urgéncia. Regionalistas e nacionalistas de progrès an pas ges de subjèct tabó. Leis occitanistas que desparton pas la question sociala de la revendicacion culturala e lingüistica sabon que « l’examen clinic e radioscopic de l’Homo occitanicus basta pas ; es a l’occitanisme scientific de contuniar, a la politica occitana de començar. »

 

Es çò que rementava amb a prepaus e umor nòstre amic Guiu Martin que despartiá pas la question sociala de l’identitat occitana. (4) 

 

Gerard TAUTIL

 

 

1- Démocracia occitana. De la decentralizacion a l’autonomia. Los quasèrns del Partit Occitan. 2006

2- H. Kempf. Reporterre, 19/04 2022 (chifras bensai sota-estimadas…)

3- G.Tautil. CONTRATEMPS. Letras sus l’Occitania e l’occitanisme. Capítol 6 « Lei desfis de la crisi ecologica ». IEO edicions, coll. Ensage. 2022

4- Gui Martin. Premier camin a senèstra. In Camins d’Occitania. p.43 (Dir. G.Tautil). L’Harmattan 1997

 

 

Et le social dans tout cela ?

 

L’occitanisme politique de progrès s’est toujours préoccupé de la question sociale et de l’économie des régions et territoires. Le local a toujours été une priorité pour répondre au global.

 

Il n’a jamais accepté que l’idéologie prenne le pas sur ces questions qui sont à la base de la libération progressive de tous les peuples. Dans ses écrits programmatiques, ses propositions alternatives au système (1) ne sont pas ignorées malgré la mondialisation appliquée par les traités européens.  

 

Ces questions sont souvent masquées par les impératifs budgétaires néolibéraux qui ont gagné la planète. Avec toutes les conséquences subies dans tous les domaines, celui du social mais aussi dans les domaines de l’environnement, de la biodiversité et de la santé.

 

Affirmer que le développement productiviste ne peut être que « durable » n’ est que supercherie e mensonge. On n’aura de cesse de dénoncer cette logique qui spolie la planète de ses ressources naturelles et nie les effets du réchauffement climatique. Les libéraux continuent à masquer cette réalité, ils font croire que le progrès technique sauvera la planète et l’équilibre du vivant.

 

L’Etat français-EDF est la première entreprise de soutien au nucléaire. Il est aidé dans les couloirs du parlement européen par 27 groupes de pression, employant 119 personnes, au budget annuel de 7,9 millions€ en 2021 (2).

 

Néanmoins, ils ne peuvent ignorer que dès les années 50, nous avons basculé de l’olocène dans l’anthropocène avec toutes les conséquences que cela implique. (3) Si rien n’est fait pour stopper concrètement cette agression, nous sommes déjà - avec une opinion publique anesthésiée-, dans une situation de survie. Le tout consommation a tué l’esprit citoyen.

 

La question sociale s’inscrit dans une recherche des conditions de vie meilleures, elle ne peut faire abstraction de ces conditions générales. Pas plus qu’elle ne peut être dissociée des questions d’écologie, la question sociale ne peut l’être des situations socio-économiques.

 

Il est significatif qu’elle soit un enjeu des questions « nationales ». C’est ce qui a été mis en évidence lors des journées de Régions et Peuples Solidaires de Toulon (oct. 2021), parmi plusieurs stratégies politiques présentes.

 

A la question posée sur la différence entre les orientations économiques des indépendantistes écossais et celles du Labour Party, le représentant du SNP, Christian Allard, répondait seulement qu’elles sont très proches.

 

On ne peut pourtant ignorer cette omniprésence de la logique libérale qui pèse sur tout processus de libération. Là, pas de réponse. Cette stratégie est pourtant au cœur de tout processus d’autodétermination ; elle se retrouve en Catalogne où se joue également entre ERC et JuntsxCat la question de la gestion et de la répartition des richesses. La différence des réponses est souvent grande quand il s’agit de la question sociale.

 

En Ecosse, en Catalogne comme en Corse, pour ne parler que des processus les plus avancés, c’est aussi sur ces enjeux que se renforcera toute avancée démocratique. Ce n’est évidemment pas l’élargissement des privatisations qui fera progresser les politiques de libération.

 

Dans le cadre de la globalisation économique qui nous est imposée, toute recherche alternative ne doit pas considérer comme secondaire la question sociale et économique. C’est cette revendication que les autonomistes comme les indépendantistes doivent exprimer plus clairement, au risque de faire le lit des vieilles politiques économiques centralistes et inégalitaires.

 

En débat donc, pour celles et ceux qui le souhaitent, mais dans l’urgence. Les régionalistes et nationalistes de progrès n’ont pas de sujet tabou. Les occitanistes qui ne dissocient pas la question sociale de la revendication culturelle et linguistique savent que « L’examen clinique et radioscopique de l’Homo occitanicus ne suffit pas ; l’occitanisme scientifique doit continuer, la politique occitane doit commencer. »

 

C’est ce que nous rappelait avec à propos et humour notre ami Guy Martin qui ne dissociait pas la question sociale de l’identité occitane. (4)

 

Gerard TAUTIL

 

 

1- Démocracia occitana. De la decentralizacion a l’autonomia. Los quasèrns del Partit Occitan. 2006

2- H. Kempf. Reporterre, 19/04 2022 (chiffres sans doute sous-estimés).

3- G.Tautil. CONTRATEMPS. Letras sus l’Occitania e l’occitanisme. Cap.6 « Lei desfis de la crisi ecologica ». IEO edicions, coll. Ensage. 2022

4- Gui Martin. Premier camin a senèstra. In Camins d’Occitania. p.43 (Dir. G.Tautil) L’Harmattan 1997