Association des élus occitans

MARSEILLE 17 OCTOBRE 2015

Regions et Peuples Solidaires

Réseaux sociaux


mar.

07

mars

2017

Présidentielle. Christian Troadec, candidat régionaliste : «Je me retire de la course aux signatures… »

J’ai décidé de me retirer de la course aux signatures pour pouvoir espérer être présent à l’élection présidentielle. Je libère donc de leur engagement les élus qui m’avaient adressé leur promesse de signature et je les remercie très sincèrement, comme je remercie celles et ceux qui ont déjà déposé leur déclaration au Conseil Constitutionnel ou se préparaient à le faire.

 

Il apparaît, à la lecture de la presse, que certains des signataires en faveur de ma candidature ont eu à affronter des « reproches » de la part d’autres élus de leur famille politique. C’est là un des effets pervers de la nouvelle réglementation rendant publique les signatures. Un exemple de pression inadmissible qui bien entendu fait hésiter bien des signataires potentiels.

 

J’avais pris l’initiative il y a quelques jours, avec cinq autres prétendants à la présidentielle, d’en appeler à un sursaut démocratique et à une meilleure prise en compte de la pluralité des idées. Visiblement cet appel n’a pas été entendu.

 

On peut même dire qu’il a eu l’effet inverse de ce qui était espéré. J’en tire les conclusions qui s’imposent alors que l’actualité et l’information sont totalement cannibalisées par les affaires Fillon, Le Pen… et que le débat démocratique et la confrontation des idées, attendus pour un rendez-vous aussi important, se réduisent comme peau de chagrin. C’est inquiétant alors que l’extrême-droite monte dangereusement dans les sondages.

 

 

Avec mes amis de Régions et Peuples Solidaires, avec « Oui la Bretagne ! » nous continuons néanmoins le combat pour l’émancipation des « régions » et allons consacrer les prochains mois aux élections législatives en assurant une présence active et enthousiaste sur le terrain, au plus proche des gens.

0 commentaires

Comunicat / Communiqué

lun.

06

mars

2017

Le Parc Rambot reste une Zone à défendre !

 

 

 

La ville a récemment diffusé un document en faveur de son projet absurde de transformer un poumon vert de la ville en parking qui accentuerait le réchauffement climatique urbain.

 

Pour la première fois la commune aborde la question du legs RAMBOT alors que les précédentes délibérations (Septembre et Décembre 2016) étaient muettes sur ce point. Et de nous promettre, après avoir éventré le parc sur plus de 10 mètres, supprimé des dizaines d’arbres, un jardin encore plus beau à l’issue des travaux.

 

C’est méconnaitre le legs de 1859 et la décision de la ville qui l'accepte. Ses dispositions nous parlent d’un lieu de fraicheur, de promenade, de méditation...totalement incompatible avec le trafic automobile induit et les extracteurs du parking rejetant toute sorte de polluants.

 

Le Plan de Déplacements Urbains, voté en Décembre 2015 ne fait pas mention de nouveau parking alors que le schéma de "réhabilitation" des 3 places était déjà bien avancé. En attirant, avec son projet de parking d'hyper centre, la voiture en ville la Mairie se met en contradiction flagrante avec un des objectifs du PDU. Objectif qui vise à éloigner la voiture de la ville grâce aux parkings relais, aux transports en commun, aux modes doux.

 

On annonce l’aliénation de l'actuel Parking public Rambot au profit d'opérations privées ce qui est totalement scandaleux. C'est le conseil municipal qui a autorisé la construction de ce parking. Et les élus apprennent sur le site Internet de la SEMEPA que ce parking serait privatisé!

 

Mais quel déni de démocratie d'ignorer ainsi la représentation communale! Pourtant ce parking, immédiatement disponible, pourrait, en le reliant avec des navettes spécialisées, efficacement soutenir la commercialité du quartier palais prêcheurs qui a en tant besoin.

 

Aussi nous soutenons les procédures formées contre ce projet et notamment le recours en annulation d’Hervé GUERRERA, les associations, les citoyens mobilisés et celles et ceux qui par une présence permanente dans le parc informent, au quotidien, les passants et les usagers des risques liés à cette opération. 

0 commentaires

ACTUALITE / ACTUALITAT

L'ACTU DE LA SETMANA / L'ACTUALITE DE LA SEMAINE

sam.

26

nov.

2016

CIRDOC : constituer un front occitan contre l’extrême-droite

Après avoir supprimé le festival Fèsta d’Òc en 2015, la ville de Béziers récidive en annonçant son désengagement du Centre interrégional de développement de l’occitan (CIRDOC). La suspension de sa cotisation obligatoire de 206 000 € auprès de l’établissement met en difficulté cette structure de 15 salariés qui porte et accompagne des projets culturels au travers de la grande Occitanie.

Cette décision a sa propre logique : aux valeurs de « convivéncia », ce vivre-ensemble porté par la culture occitane, Robert Ménard préfère la stigmatisation des différences, l’opposition des populations les unes contre les autres.

Il convient maintenant que les institutions publiques de l’espace occitan se coordonnent pour donner un nouvel élan à cet établissement public. La promotion de la langue et la culture occitanes, et plus largement la valorisation de la pluralité linguistique comme le fait le CIRDOC avec la ligue des droits de l’homme, vaut mieux que l’obscurantisme et le repli sur un nationalisme étriqué.

Le Partit Occitan invite aussi à rejoindre l’association « Los amics del Cirdoc » pour donner une dynamique citoyenne à ce combat. http://www.amicsdelcirdoc.com/

 

Gustave Alirol, ancien Conseiller Régional Auvergne
David Grosclaude, ancien Conseiller Régional Aquitaine
Hervé Guerréra, ancien Conseiller Régional Provence-Alpes-Côte-D’azur
Anne-Marie Hautant, ancienne Conseillère Régionale Provence-Alpes-Côte-D’azur
Guilhem Latrubesse, ancien Conseiller Régional Midi-Pyrénées

Retrouve le communiqué sur partitoccitan.org

 

Lire la suite 0 commentaires

A la Una / A la Une

NOS PROPOSITIONS

LA LETRA OCCITANISTA

Lei nòstreis elegits / Nos élus


Revista de premsa / Revue de presse