LA LETRA OCCITANISTA

MARSEILLE 17 OCTOBRE 2015

Regions et Peuples Solidaires

Réseaux sociaux

Les « plus vulnérables » impactés par le manque de communication de la mairie - Le Dauphiné - 16 février 2019

La redevance spéciale instituée sur la collecte et le traitement des déchets a eu une place particulière hier matin. Le coût de traitement des déchets non-ménagers n’étant pas financé par la TEOM (Taxe d’enlèvement des ordures ménagères), les entreprises et les administrations doivent dorénavant s’affranchir d’une redevance spéciale qui s’élève à 0,0154 euro le litre de déchets résiduels et à 0,0063 euro le litre d’emballages recyclables.

 

« On ne sait pas comment vous avez établi le prix, mais c’est parfaitement normal que chacun paye pour ses déchets », note Anne-Marie Hautant. Tout en mettant en lumière « le retard d’Orange sur le tri des déchets ». Retard qui d’après elle a impliqué une instauration de la taxe dans l’urgence et qui « rajoute une catastrophe à une autre catastrophe ». Et à Fabienne Haloui (PCF) d’ajouter, en faisant référence à l’installation des points d’apports volontaires : « J’étais favorable au tri. Mais je suis catastrophée par la manière dont ça se passe. » Le manque d’informations, de communication et de documents à ce sujet a été relevé par l’opposition. « Il n’y a eu aucune information pour que le changement se passe dans de bonnes conditions », reprend la conseillère communiste, créant un consensus avec les membres du clan d’opposition qui précisent que les « personnes les plus vulnérables sont dans des situations catastrophiques ».