LA LETRA OCCITANISTA

MARSEILLE 17 OCTOBRE 2015

Regions et Peuples Solidaires

Réseaux sociaux

Pays d'Orange : la volonté de retenir les touristes sur le territoire - Le Dauphiné - 13 décembre 2018

Les élus ont débattu, ce jeudi, du rapport d’activité de l’office de tourisme de la CCPRO.

 

Trente-et-une délibérations, ce jeudi après-midi, au dernier conseil communautaire de l’année et pas de grands débats. Si ce n’est la présentation du rapport d’activité de l’office de tourisme du pays réuni d’Orange (Otpro), qui a donné lieu à quelques remarques.

 

Sur les trois antennes (Orange, Châteauneuf-du-Pape et Courthézon), quelque 25 000 touristes ont été accueillis en 2017, principalement entre mai et septembre. Une fréquentation des offices de tourisme qu’il faut relativiser, a indiqué Claude Avril, maire de Châteauneuf-du-Pape et président de l’Otpro. « On est un peu piraté par les tour-opérateurs, les agences de communication… On ne peut pas recenser le nombre réel de personnes qui viennent sur un territoire. D’ailleurs, un des objectifs, c’est d’arriver à les recenser plus globalement ». Rappelant au passage qu’Orange et Châteauneuf-du-Pape étaient des points d’entrer sur le territoire, de par leur notoriété. Et si à Châteauneuf-du-Pape, les touristes étrangers représentent 70 % de visiteurs, à Orange, la proportion s’inverse presque avec 60 % de visiteurs français.

 

« Il faut développer les circuits »

 

Claudine Maffre, conseillère communautaire de Jonquières, a souligné le travail qui est « en train d’être fait. Pour autant, on a encore du mal à fixer les touristes. Ils passent mais ils ne restent pas. Il faut développer des circuits pour garder plus longtemps les visiteurs », a-t-elle suggéré, précisant que la saison touristique avait désormais tendance à prendre ses quartiers en automne et que les Brésiliens faisaient partie des nouveaux venus.

 

En recentrant le débat sur Orange, Gilles Laroyenne, conseiller communautaire orangeois, a regretté « le report permanent de la mise en valeur du potentiel touristique de la colline Saint-Eutrope. Et la mise en place d’une palissade est désastreuse sur le plan visuel. Une solution conjuguant sécurité des lieux et visite touristique doit être trouvée au plus tôt ».

 

Jacques Bompard, maire d’Orange et premier vice-président de la CCPRO, ne goûtera guère la remarque : « Quand je suis arrivé en 1995, celle colline était à l’abandon. On la remet en état sous l’autorité des Monuments historiques. On avance à leur allure. On protège le site car il était pillé, sans parler de la nécessité de le mettre en sécurité. Une fois les travaux réalisés, des visites seront organisées ». Alain Rochebonne, le président de la CCPRO, a mis un terme aux échanges, se félicitant pour sa part de l’avancée de la Via Venaissia.

 

Dans une convention d’objectifs signée par les maires des cinq communes, l’office de tourisme s’engage à mettre en place des actions destinées à promouvoir le territoire. « Cette convention fixe également le montant de la subvention accordée par la CCPRO équivalente à 367 000 euros, soit 8 euros par habitant, à l’Otpro. Le reste des ressources provenant de la taxe de séjour », a précisé Claude Avril. Ajoutant qu’un club de tourisme était en projet pour réunir tous les acteurs touristiques.

 

LA MUTUALISATION EN DÉBAT

 

Le projet de schéma de mutualisation a donné lieu à des remarques des élus de l’opposition. Gilles Laroyenne, conseiller communautaire d’Orange, a estimé que du point de vue « des contribuables, la CCPRO n’a correspondu qu’à un accroissement des prélèvements fiscaux, alors que le projet initial était de les faire baisser. La crise actuelle rend plus urgente la décroissance de la pression fiscale ».

 

Pour Anne-Marie Hautant, conseillère communautaire d’Orange, « depuis 2014, à la CCPRO, il ne se passe plus rien ». Alain Rochebonne, le président de l’intercommunalité répondra « que l’on est dans un cadre réglementaire et que tous les éléments mis en place ne sont pas figés. Et des économies ? Nous en faisons. »