LA LETRA OCCITANISTA

MARSEILLE 17 OCTOBRE 2015

Regions et Peuples Solidaires

Réseaux sociaux

L'Atalhier de provença fait son retour à Raynouard - Var-Matin - 22 mai 2018

Le lycée régional Raynouard de Brignoles futur pôle central de la langue provençale?

 

 

PAR V.T Mis à jour le 22/05/2018 à 12:23 Publié le 22/05/2018 à 12:30

 

 

Les élèves du lycée Raynouard sont attentifs et curieux, à l’écoute des enseignements de leurs aînés qui abordent la culture provençale. Photo V.T

L'enseignement de la langue provençale a fait son grand retour dans l'établissement de Brignoles, commune désormais intégrée dans le nouveau parc naturel régional de la Sainte-Baume

 

Depuis décembre 2017, le lycée Raynouard a remis en place son atelier d’occitan langue d’oc-provençal et souhaite le pérenniser afin de mettre en valeur cette richesse patrimoniale inscrite dans la constitution avec comme objectif de continuer modestement mais fidèlement l’œuvre entreprise par François Just Marie Raynouard dans son fameux dictionnaire de la langue des troubadours.

FAIRE DU LYCÉE UN PÔLE CENTRAL DE L’OCCITAN

Actuellement seulement six élèves sous la compétence du professeur d’histoire et de provençal René Toscano participent à cet atelier, autrement dit "Atalhier de provenço".

 

 

Étant donné sa situation en centre Var, et dans une commune comme Brignoles faisant partie du tout nouveau parc naturel régional de la Sainte Baume, le lycée peut se donner la vocation d’être un pôle central de cette langue régionale. Dans le but de sensibiliser les élèves du lycée, une classe de seconde – celle du professeur Teissonnière – et bien sûr les membres de l’atelier ont assisté à une conférence de Gérard Tautil, ancien élève de Raynouard et professeur de mathématique à la retraite qui consacre la plupart de son temps libre à la langue provençale.

Le thème traité était "La toponymie en Pays D’oc, pourquoi faire?". Le conférencier était assisté de plusieurs intervenants, dont René Raybaud, Majoral du félibrige et poète, Jean Claude Babois, président de «Provençà Tèrra d’oc- Institut d’études occitane 83 » et Michel Neumuller, responsable du mensuel «Aquo d’aqui».

LE QUARTIER DE "SABI PAS"

À la lumière de plusieurs exemples concrets, Gérard Tautil a donné aux élèves plusieurs raisons de s’intéresser à cette toponymie locale. Et d’expliquer que la toponymie permet mais aussi une ouverture sur la relativisation des cultures mais aussi sur un humanisme critique. Pour mémoire la langue d’oc couvre la superficie de la moitié de la France.

Il a également évoqué de nombreuses incompréhensions sur des noms de quartier comme celui par exemple de "Sabi pas", car la réponse donnée à un géographe de Napoléon par un paysan sur le nom de son quartier était: "Je ne sais pas"!

Par ailleurs, la conférence était imagée par de nombreuses photos sur des noms et des lieux. Elles étaient enrichies de commentaires parfois surprenants d’une vérité géographique.

 

 

POSSIBLE DE LE PRÉSENTER AU BAC

 

pastedGraphic.pngLes élèves du lycée Raynouard sont attentifs et curieux, à l’écoute des enseignements de leurs aînés qui abordent la culture provençale. Photo V.T

 

L’atelier s’appuie sur la parenté du provençal avec les autres langues latines (français, espagnol, italien, catalan...) ce qui représente un atout évident pour les élèves. Pour les plus intéressés, il existe la possibilité de se présenter à une épreuve du bac en LV2 ou LV3.

 

Pour les autres, ils auront la satisfaction d’avoir étoffé leur culture personnelle et de mieux connaître leurs quartiers et les lieux-dits. L’atelier est ouvert à tous les élèves, Il faut seulement penser à le mentionner au moment de l’inscription.