MARSEILLE 17 OCTOBRE 2015

Regions et Peuples Solidaires

Réseaux sociaux

Presidenciala : la posicion del Partit Occitan

Retrouver l'article original

 

Version française à la suite

La preséncia de 11 candidats a l’eleccion presidenciau que poderé deishar créder que l’auhèrta de causida ei rica. Que consideram que n’ei pas lo cas. 

 

Lo centralisme mediatic s’ei apoderat aquera eleccion e l’aparenta diversitat de las candidaturas masca ua cèrta uniformitat.

 

Los onze candidats son silenciós o mei que discrets suus tèmas qui son tà nosautes los enjòcs màgers per doman. 

 

Non i a pas arrés entà denonciar lo centralisme. En las quitas proposicions deus candidats qui disen voler ua navèra constitucion tà crear ua VIau Republica, que constatam que la question de la descentralizacion deu poder n’ei pas abordada.

 

Lo modèl centralista bonapartista e jacobinista n’ei pas remetut en question. Tot lo monde que semblan de créder que la darrèra refòrma territoriau ei ua escaduda mentre qu’a participat a la recentralizacion deu poder. Non i a pas arren en lo programa deus candidats sus la question.

 

Ua vertadèra regionalizacion democratica qu’ei la realizacion de l’autonomia regionau e interregionau occitana. L’autonomia qu’ei sonque la concretizacion de l’idea federau que volem e qui’s perlonga en ua Euròpa federau democratica e sociau.

 

Non i a pas arren en lo programa deu candidats entà portar l’idea d’ua Euròpa descentralizada e regionalizada. Que constatam que los qui denóncian l’Euròpa son nombrós.

 

Totun arrés non disen que l’Euròpa de uei mia la politica voluda e aprovada peus diferents caps d’Estats.  Nosautes, europèistas e regionalistas convençuts, constatam que l’Euròpa ei eficaça quan ei descentralizada, quan ei regionalizada e qu’arremarcam que los sostiens màgers de l’idea europèa  son las regions. 

 

Lo cambiament climatic e la question energetica que hèn partida tanben tà nosautes de las prioritats. Mes non i a pas arrés en los candidats entà mentàver que son las regions e las collectivitats territoriaus en generau, qui òbran de faiçon eficaça per çò qu’ei de la luta contra lo cambiament climatic e per çò de la reconversion energetica. Los Estats, e donc los govèrns deus Estats, que s’acontentan sovent de declaracions de principi, mes que demoran incapables de vertadèrament passar  a l’accion.

 

Qu’arregretam tanben que non sian pas evocats en aquera campanha presidenciau las questions ligadas a las lengas ditas regionaus. La question de la diversitat culturau qu’ei tròp sovent evocada de faiçon negativa, com se representava un perilh taus principis republicans.

 

Que constatam que l’eleccion presidenciau qui aucupa l’espaci mediatic desempuish mei d’ua annada ei l’eleccion d’un òmi o d’ua hemna. 

 

Quauques mes après aquera eleccion que’s poderé que la decepcion estosse de las granas, com n’estó au cap de quauques mes per las eleccions passadas. 

 

Non i a pas nat òmi o nada hemna providenciau. La democracia n’ei pas dens l’eleccion d’un president mes dens ua practica de la democracia a tots los nivèus. 

 

Lo Partit Occitan qu’ei tanben hòrt preocupat per la banalizacion de las ideas de l’extrema dreta au parat d’aquesta eleccion e per l’influéncia tostemps mei grana au demiei de la populacion de las soas ideas. 

 

Présidentielle : la position du Partit Occitan

 

La présence de 11 candidats à l’élection présidentielle pourrait laisser croire que l’offre de choix est riche. Nous considérons que ce n’est pas le cas. 

 

Le centralisme médiatique s’est emparé de cette élection et cette apparente diversité masque en fait une attristante uniformité.

 

Les onze candidats sont silencieux ou très discrets sur les thèmes qui sont pour nous les enjeux primordiaux pour l’avenir.

 

Aucune parole pour dénoncer le centralisme. Dans les propositions des candidats qui disent vouloir une nouvelle Constitution pour créer la Vième République, nous constatons que la question de la décentralisation des pouvoirs n’est pas abordée. Le modèle centraliste bonapartiste et jacobiniste n’est pas remis en question.

 

Tous semblent croire que la dernière réforme territoriale est une réussite alors qu’elle a participé à une re-centralisation du pouvoir. Nous ne trouvons rien dans les programmes des candidats sur cette question.

 

Une véritable régionalisation démocratique serait la réalisation de l’autonomie régionale et inter-régionale occitane. L’autonomie est ainsi la concrétisation de l’idée fédérale que nous voulons et qui doit se prolonger par une Europe fédérale, démocratique et sociale.

 

Rien non plus dans le programme des candidats pour promouvoir l’idée d’une Europe décentralisée et régionalisée. Nous notons que les dénonciateurs de l’Europe sont nombreux, amis aucun ne dit que l’Europe actuelle mène la politique voulue et approuvée par les différents chefs d’État.

 

Nous autres, européistes et régionalistes convaincus, nous constatons que l’Europe est efficace quand elle est décentralisée, quand elle est régionalisée et nous remarquons que les soutiens principaux de l’idée européenne sont les régions.

 

Le changement climatique et la question énergétique font aussi partie de nos priorités. Aucun des candidats ne mentionne que ce sont les régions et les collectivités territoriales en général qui œuvrent de façon efficace dans la lutte contre le changement climatique et pour la reconversion énergétique.

 

Les États, et donc les gouvernements des États, se contentent souvent de pompeuses déclarations de principe mais restent incapables de passer véritablement à l’action.

 

Nous regrettons aussi que ne soient pas évoquées dans cette campagne les questions liées aux langues dites régionales. La question de la diversité culturelle est trop souvent envisagée de façon négative, comme si elle représentait un danger pour les principes républicains.

 

Nous constatons que l’élection présidentielle occupe l’espace médiatique depuis plus d’un an pour l’élection d ‘un homme ou d’une femme. Quelques mois après cette élection, la déception pourrait être bien grande, comme ce fut le cas au bout de quelques mois lors des précédentes élections.

 

Il n’y a pas d’homme providentiel ou de femme providentielle. La démocratie ne se réduit pas a l’élection d’un président, mais réside dans une pratique à tous les niveaux.

 

Le Partit Occitan est aussi fortement préoccupé par la banalisation des idées de l’extrême-droite au cours de cette élection et par la montée de l’influence de ses idées parmi la population.

Écrire commentaire

Commentaires : 0