LA LETRA OCCITANISTA

MARSEILLE 17 OCTOBRE 2015

Regions et Peuples Solidaires

Réseaux sociaux

Lettre n°6

 

Langues régionales : paroles, paroles, paroles...

 

On nous annonce que les députés débattront à la fin de ce mois d'une nouvelle proposition de loi sur les langues régionales. Ce texte est signé par de très nombreux députés socialistes et apparentés. Ce sera le énième texte du genre...on ne compte plus les propositions de loi qui ont capoté, que ce soit du fait d'un gouvernement de gauche ou de droite.

 

Comme par hasard ce nouveau texte arrive juste quelques mois avant les élections présidentielle et législatives.


Certes, parmi les signataires il y a une poignée de députés qui n'ont pas cessé depuis le début de leur mandat de tenter de convaincre leurs collègues que le vote d'une loi sur cette question était un sujet important.

 

Pourtant, la majorité socialiste à l'Assemblée Nationale, qui était aussi durant deux ans (2012 à 2014) une majorité au Sénat, aurait pu voter sans problème un tel texte durant cette période. Elle ne l'a pas fait.


Il y a un peu moins d'un an, au mois de janvier dernier, un texte du même genre, présenté par un autre groupe, a capoté par la faute du gouvernement et en raison de la non mobilisation des socialistes.


Droite et gauche, lorsqu'elles étaient en mesure de voter un texte, ne l'ont jamais fait.
Aujourd'hui on voudrait nous laisser espérer que les députés pourraient enfin prendre leurs responsabilités. On nous laisse espérer une loi alors que le calendrier parlementaire est bouché. Comment en effet penser que ce texte pourrait aller au Sénat, revenir à l'Assemblée et être voté avant la fin de la mandature ?
Que fera le gouvernement ? Soutiendra t-il le texte ? Le passé nous donne quelques indications.


La promesse de François Hollande de ratifier la Charte européenne a été enterrée et jamais il n'a donné un signal qui aurait pu permettre le vote d'une loi sur les langues régionales. Alors pourquoi cette mise en scène au dernier moment ?

 

Depuis des années nous savons que les responsables des partis parisiens restent profondément opposés à tout texte de loi.

 

Même si quelques députés de droite et de gauche se battent sincèrement sur cette question, leurs initiatives ont toujours été contrecarrées d'une façon ou d'une autre.
C'est une raison supplémentaire qui m'encourage à participer à l'élection présidentielle.

 

Je serai le candidat qui portera la question linguistique dans la campagne.

 

Sinon il faudra se contenter de vagues promesses et éventuellement d'un débat qui reviendra dans cinq ans... juste avant la prochaine présidentielle et juste avant les prochaines législatives.

 

Christian Troadec


Contacts :
info@christiantroadec2017.fr grosclaude.david@orange.fr
06 83 01 19 37 gwenael.henry@free.fr 06 30 28 16 18 lavanant.andre@wanadoo.fr 06 07 45 90 51 quinquis.pierre@orange.fr 06 87 75 43 71


Écrire commentaire

Commentaires: 0