LA LETRA OCCITANISTA

MARSEILLE 17 OCTOBRE 2015

Regions et Peuples Solidaires

Réseaux sociaux

La révolution fiscale » sur le pavé toulonnais

Participation du Partit Occitan au rassemblement pour la justice fiscale

 

11 décembre 2013

 

 

 

 

Toulon, hier matin, sur le parvis des Droits de l’Homme. Bâton de pèlerin en main et revendications plein la besace, ils étaient à nouveau là dès 10h30 devant la fac de droit, pour battre le pavé ensemble et appeler le gouvernement à entamer une révolution fiscale.

 

Répondant ainsi à l’appel du Front de gauche, du Parti occitan, de la CGT, de la FSU, du NPA et de Lutte ouvrière, mais aussi de la Mutuelle varoise des travailleurs de l’État, de l’Association des salariés de l’Arsenal victimes de l’amiante (Asava)... ils participaient au rassemblement pour réclamer un impôt sur le revenu plus juste, donc plus progressif, susceptible de « permettre de réduire les inégalités ».

 

Une meilleure justice fiscale qui passe, par exemple, « par une taxation du capital au même niveau que le travail ».

 

 

« La France s’enfonce dans la crise encore plus chaque jour. Le chômage est à un niveau record et la perspective d’une inversion de la courbe n’est pas pour l’instant à l’ordre du jour... La précarité explose et l’exclusion sociale s’étend. L’austérité gangrène le pays », commence Monique Nironi (PCF) pour les organisations.

 

Pour plus de justice sociale

 

La militante poursuit en expliquant que la situation « appelle de profondes réformes de justices sociales, démocratiques et environnementales...»

 

«Jean-Marc Ayrault a proposé une remise à plat de la fiscalité. Eh bien, nous le prenons au mot », continue-t-elle. Un « chiche ! » qui annonce cependant comme préalable une véritable négociation.

 

Inutile de dire que, pour les organisations mobilisées, l’augmentation de la TVA promise au 1er janvier 2014, ne participe aucunement à la mise en place d’une meilleure justice fiscale. « Elle va amputer le pouvoir d’achat des familles... provoquer une diminution de la consommation et augmenter le chômage...» Un impôt indirect on ne peut plus injuste même qu’il conviendrait de supprimer, argumente Monique Nironi. En commençant dans un premier temps par les produits de premières nécessités.

 

Les organisations proposent tout au contraire de réhabiliter l’impôt sur le revenu. « Il doit être un lien fort entre l’ensemble des citoyens et le financement de leurs services publics...» A condition qu’il soit plus progressif et indexé sur las capacités contributives de chacun. Ce qui suppose aussi « d’en finir avec les niches fiscales qui ne profitent qu’aux riches ».

 

« Quand on est de gauche on se doit d’entendre ce qu’exprime les salariés, les retraités, les chômeurs » A bon entendeur, salut.

 

Thierry Turpin

Écrire commentaire

Commentaires : 0