LA LETRA OCCITANISTA

MARSEILLE 17 OCTOBRE 2015

Regions et Peuples Solidaires

Réseaux sociaux

La LGV et la « Ligne nouvelle » : une nouvelle escroquerie ?

Gargas, le 10 Juin 2013

 

Les promoteurs de la LGV PACA ont décidé, de concert avec le préfet de Région, les représentants des agglomérations (Marseille, Toulon, Nice) et la Région, fin 2012, de ne plus parler de LGV mais de Ligne Nouvelle. Le tout avec des temps de parcours semblables, un financement en hausse constante mais caché par

un phasage dans le temps, une même atteinte à l’environnement.

 

Une commission « Mobilité 21 » a été mise en place par le gouvernement : son rôle est de décider de l’urgence des projets parmi les 75 consacrés aux grands travaux d’infrastructures et à la grande vitesse. Elle doit rendre son rapport ce mois-ci. La mobilisation et l’intérêt porté par la société civile dans notre région à la question des transports de proximité n’ont pas faibli. Les collectifs faisant partie de la Coordination provençale contre le projet LGV ont adressé des projets alternatifs à la commission Mobilité 21.

 

Une ligne Nouvelle, pourquoi faire ?

 

La saturation des transports automobiles dans et autour des villes est arrivée à un point critique ; elle engendre toutes sortes de pollutions et d’effets sanitaires lourds pour les populations. La question des transports collectifs qui devrait être au centre des préoccupations institutionnelles n’est pas vraiment, faute de moyens financiers et de volonté politique clairement affirmée, à l’ordre du jour. Pourtant ce sont bien les trajets domicile travail en automobile qui pèsent lourdement sur les budgets des ménages. En commençant les travaux d’une Ligne nouvelle à Marseille et à Nice, l’Etat et ses soutiens, ont bel et bien donné la priorité à la grande vitesse et le long terme. Tout semble annoncer une LGV déguisée qui laisserait le tronçon Aubagne-Le Muy en suspens et à la merci de financements introuvables en période de crise.

 

- Fondé sur une hypothèse de saturation du réseau actuel qu’aucune étude indépendante ne vient confirmer, ce projet coûteux- près de 20 milliards d’euros sous-estime les difficultés géographiques et les surcoûts engendrés. Ni RFF ni les collectivités territoriales ne semblent conscients de cet aspect géologique et hydrographique que plusieurs géologues ont mis en évidence.

 

- Cette « Nouvelle Ligne » hypothèque lourdement les investissements nécessaires à l’aménagement des voies existantes, à la réouverture de lignes et de gares de pays vitales pour les transports de proximité qui représentent 90% des usagers quotidiens.

 

- Elle impacte nos terres agricoles durement soumises à la pression foncière dans le périurbain et au mitage de nos territoires, alors que la question de la biodiversité et des ressources nourricières va se poser de façon aiguë face au réchauffement climatique.

 

- Elle renforce la « vocation » résidentielle de la Provence et favorise une touristification qui, portée par le marché privé, n’a pas besoin de l’aide publique pour prospérer.

Le Partit Occitan, qui s’est mobilisé dès les premières grandes manifestations (Aix, Brignoles, Marseille, Toulon, Le Beausset) contre le projet « LGV-PACA », dénonce les manoeuvres de RFF qui, au nom d’une « Ligne nouvelle », tend à reconduire le projet Cousquer de 2009.

 

Pour la Fédération REGION PROVENCE- Partit Occitan- :

Bernard VATON, Secrétaire de la fédération Région Provence-Partit Occitan - BP 2- 84400 GARGAS

Gérard TAUTIL, Fédération du Var. BP 37 – 83870 SIGNES

Écrire commentaire

Commentaires: 0