LA LETRA OCCITANISTA

MARSEILLE 17 OCTOBRE 2015

Regions et Peuples Solidaires

Réseaux sociaux

Suppression de cours: Le Partit Occitan préoccupé par l'évolution de l'enseignement des langues régionales dans l'Académie de Nice

Inquiet de l’évolution négative de l’enseignement des langues régionales dans l’Académie de Nice et face au désintérêt de la majorité des élus locaux ( de droite comme de gauche) pour la sauvegarde du patrimoine linguistique régional, les représentants de la langue occitane et corse, ont interpelé l’eurodéputé régionaliste du Sud-Est Monsieur François Alfonsi, membre de la Fédération Régions et Peuples Solidaires (Groupe Verts /ALE au Parlement Européen), au cours d’une rencontre organisée à Nice, le mardi 21 février.

 

En effet, depuis le départ du Recteur Christian Nique et l’arrivée de son successeur Mme Lovisi à la fin de l’année 2010 dans l’Académie de Nice, l’enseignement des langues régionales subit un net recul.

 

En même temps que l’on annonce la fermeture de l’unique poste d’enseignement de langue corse de l’Académie de Nice[i], d’un côté au collège Da Vinci de Montauroux (Var) on supprime l’apprentissage de l’occitan et ce malgré l’existence d’un contexte propice à son maintien et à son développement[ii], de l’autre on interdit l’ouverture d’une école bilingue occitane sur Nice malgré la demande formulée par une centaine de parents d’élèves du quartier St Roch.

 

La stratégie mise en place dans l’Académie est évidente : elle vise à limiter l’offre dans l’espoir de tarir la demande.

 

Cette situation est, pour nous défenseur de la diversité linguistique, insoutenable. Nous ne pouvons souffrir d’avantage que nos langues soient victimes de telles discriminations. Mais, dans un Etat comme la France, où il n’existe, contrairement à toutes les autres Démocraties Européennes, aucune loi pour encadrer l’épanouissement des langues régionales[iii], leur enseignement, tout comme leur présence dans la vie publique sont laissés à l’appréciation des décideurs locaux.

 

Parce que nous considérons qu’il n’existe aucune culture, aucune langue, aucun Peuple supérieur à un autre et que l’égalité suppose les mêmes droits, nous demandons à ce que les langues régionales soient traitées avec respect et dignité comme n’importe quelle langue officielle.

 

Dans l’attente d’une réforme constitutionnelle que nous appelons de nos vœux afin qu’une loi en faveur des langues régionales puisse être possible en France, nous demandons immédiatement aux chefs d’établissements concernés par ces suppressions de cours de revenir sur leurs décisions, et nous requérons à Mme la Rectrice de relancer le processus de développement entamé par M. Nique en son temps. Une lettre en ce sens sera envoyée dans les prochains jours à Mme Lovisi

 

 

[i] Le corse est présent dans l’Académie de Nice depuis plus de 20 ans. Il est enseigné à l’heure actuelle au lycée Impérial de Nice spécialisé dans l’enseignement des langues (étrangères, anciennes et régionales)

 

 

 

[ii] A la rentrée 2011, une centaine de collégiens suivaient les cours d’occitan dans cet établissement. Actuellement tout un cursus existe autour de cet enseignement prodigué au collège Da Vinci : initiation de l’occitan en primaire à Montauroux et enseignement de la langue au lycée St Exupéry de St Raphaël

 

 

 

[iii] A cause de l’article 2 de la Constitution française qui stipule que « le français est la langue de la République » aucune loi en faveur des langues régionales n’est possible en France (jurisprudence 99-412 DC du 15 juin 1999 confirmée en janvier 2002 par le Conseil Constitutionnel à propos du statut de la Corse

Écrire commentaire

Commentaires: 0