LA LETRA OCCITANISTA

MARSEILLE 17 OCTOBRE 2015

Regions et Peuples Solidaires

Réseaux sociaux

Les plaques de nom de rues en occitan de la Seyne ou le symbole de la prise en compte de la diversité culturelle

A l’initiative de la majorité municipale et de son élu du Partit Occitan, Miquèu Tournan, la Ville de la Seyne a inauguré samedi 17 septembre une vingtaine de plaques de nom de rue en occitan, faisant du centre de la commune un espace bilingue.

 

 

Cette opération que le Partit Occitan salue chaleureusement est un symbole de la lutte pour la diversité culturelle. La langue d’oc, vieille de plus de 1 000 ans, a versé au patrimoine mondial de l'humanité un prix Nobel de littérature avec Frédéric Mistral. Elle a Influencé de nombreuses cultures (la graphie de la langue portugaise s’inspire de la graphie occitane) mais est aujourd’hui classée par l’UNESCO comme langue « sérieusement menacée de disparition ». Au même titre que les langues bretonne ou corse, elle a subi les politiques culturelles uniformisatrices pluriséculaires de l'Etat. La situation des langues régionales en France est bien le produit de ce que certains vont jusqu’à qualifier de génocide culturel. Les langues ne meurent pas naturellement ! Ce sont les choix politiques qui les tuent!

 

Sans l’intervention des collectivités locales, et en particulier des Régions qui disposent encore, avant que ne soit appliquée la réforme des collectivités, d’une clause de compétences générales, les langues régionales seraient dans un état de délabrement certainement beaucoup plus avancé.

 

L’attitude de la France à l’égard de son patrimoine linguistique est une exception en Europe. Elle est avec la Grèce le dernier Etat de l’Union Européenne à ne pas s’être encore doté d’outils (ratification de la Charte Européenne des Langues Régionales et Minoritaires, Articles Constitutionnels, Lois, Secrétariat d’Etat, etc.) pour mener de politiques en faveur des langues régionales.

 

Pourtant une demande sociale ferme et pacifiste s’exprime depuis des années pour que l’occitan reprenne sa place dans la société. Les dizaines de milliers de citoyens qui sont descendus dans les rues à Béziers (2007) et à Carcassonne (2005 et 2009) mais aussi le résultat du sondage du journal Var Matin du 19 septembre sur son site Internet (88% des personnes exprimées sont « favorables au retour des noms en occitan des rues de la Seyne »), sont autant de démonstrations qui montrent avec clarté la volonté populaire de bâtir une société respectueuse des langues régionales et ouverte sur toutes les diversités culturelles.

 

Le POc demande que l’initiative de la ville de la Seyne soit généralisée à l’ensemble des communes de Provence et d’Occitanie. Il en appelle à toutes les Collectivités locales pour qu'elles prennent leurs responsabilités et engagent, dans la mesure de leurs moyens et de leurs compétences, des actions pour que l’occitan prenne toutes sa place : signalisations bilingues, campagnes de promotion, aides aux acteurs culturels, soutien à l’enseignement bilingue, etc...

 

Enfin le prochain Président de la République qui sera élu en 2012 devra s’engager dans une profonde modernisation des politiques culturelles de la France en offrant aux langues régionales un réel cadre juridique et des véritables perspectives d'avenir.

 

Pour le bureau du POc– Provence

Le secrétaire régional,

Pèire Costa

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0